samedi 27 novembre 2010

"embrasser le ciel immense"

Mais quel est ce cri que ne renierait pas Munch et qui sourdit au fond de moi?  Quel est-il ce goût d'inachevé, désespéré et éperdument désemparé? Me revoilà fatiguée de la lutte, usée par les apparences et le simulacre du sourire. Me revoilà épuisée et n'osant même plus utiliser "cet exutoire par où s'épanche ma déraison" pour cause de lecture future de ma progéniture ...  Mon âme est en berne pour quelques heures. Mon  bilan plutôt morose. Même la neige n'arrive pas à égayer ma noirceur en scintillant par la fenêtre.... [Lire la suite]
Posté par acas à 18:45 - Commentaires [3] - Permalien [#]