samedi 12 mars 2011

J'ai le souvenir d'un premier regard où se mélangeaient crainte et joie infinie. Le "ciel immense" s'y reflétait et j'ai plongé sans réfléchir. Quelle merveille que de sentir le coeur d'un autre qui bat si fort qu'on en ressent l'écho à travers soi.... Quel sentiment éperdu que de se dire que s'il bat si fort, c'est juste parce que l'Autre essaie aussi désespérément que vous de contenir la chamade qui prend son envol au fond de lui. Et quand enfin le tambour sonne à l'unisson, c'est juste que la rencontre a eu lieu et qu'enfin les... [Lire la suite]
Posté par acas à 10:52 - Commentaires [5] - Permalien [#]

mardi 8 mars 2011

Lettre en France

Quand tu as accordé ton pas à ma cadence et que j'ai mis le mien à ton diapason, je n'imaginais pas que la vie nous ferait courir si vite. Si sa malice me fait sourire d'habitude, tout-à-coup elle a fait naître dans mes yeux cette eau traître que je n'ai pas su traduire: bonheur ou crainte, chagrin ou soulagement. Sa transparence n'avait pourtant d'égale que ma vérité et au bout du fil, j'ai écouté plus que jamais tes silences et tes soupirs. Car j'ai tremblé de laisser la porte ouverte, et ma main est restée sur la clenche... [Lire la suite]
Posté par acas à 20:21 - Commentaires [3] - Permalien [#]
lundi 7 mars 2011

tous contes faits

Mes mains sont froides et humides. Mon coeur bat trop vite. Les mots me viennent aisément. Je les envoie sur le clavier et ils vont et viennent entre l'écran et mon coeur quand je les relis. Je fais marcher mes essuie-glace intérieurs et je pleure sur moi-même. Une loque. Où est passée la mère courage? Wonder-woman s'est fait la malle. Il ne reste plus que Teppichmädchen. Joli nom pour un conte... sauf que là, c'est la vraie vie. On ne joue pas. Et les implications se vivent au quotidien pour ceux et celles qui m'entourent. Mes amis,... [Lire la suite]
Posté par acas à 19:02 - Commentaires [2] - Permalien [#]
lundi 7 mars 2011

Vaya con Dios

Le rendez-vous est pris à l'arraché. Il me reçoit entre deux autres. Il se veut rassurant. Il finit par me dire: "vous avez d'autres questions?" J'en ai. Je les pose. Il y répond, le regard posé sur moi, apparemment tranquille. Son fauteuil bouge cependant un peu trop. Le pronostic est ouvert. La course commence. Je n'ai pas envie. Je ferai la première étape. Je ne sais pas si je courrai le marathon. Trop long. Il faut que la course finisse dès le premier poste. Après .... j'en aurai marre. Vaya con Dios
Posté par acas à 11:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]