samedi 8 janvier 2011

le mieux pire que le bien

Bon. Lever à 40 C° et je ne suis pas au Baléares. Puis suite logique: douleur transcendante aux toilettes. (Désolée.... dans le glamour j'ai fait mieux.) Résolution N°1: je vais chez le médecin qui sera content de me voir ... depuis un an.... Me demande s'il se rappelle encore de mon nom. J'y vais, je fais pipi dans un gobelet (glamour n°2) et l'infirmière me demande après examen pourquoi je ne lui ai pas dit que j'avais mes règles. ..... JE NE LES AI PAS!!!!! Légère panique à bord quand elle blanchit et qu'elle ajoute:" Ha? Et bien... [Lire la suite]
Posté par acas à 19:17 - Commentaires [5] - Permalien [#]

jeudi 6 janvier 2011

flammes...

Changer le jour ou bien la nuit, voler la lune ou le soleil. Remplir le monde de ma plainte, remercier du lendemain. Enfin comprendre ce qui fit hier, tout donner pour construire demain. Ne plus confondre mes certitudes, juste surprendre sans rien pourfendre... Gestes infimes de mère si grave, gestes immenses mais si mal perçus. Tout donner, tant subir. Mais rester digne dans l'apprentissage devient le maître-mot qui guide chaque pas vers demain. Le vent fouette mon visage, mais il n'atteindra que ma peau. A quoi servirait donc... [Lire la suite]
Posté par acas à 20:29 - Commentaires [2] - Permalien [#]
mercredi 5 janvier 2011

neuf mois pour comprendre

&q Il m'a fallu 9 mois. A peu près 270 jours pour comprendre. On ne peut pas dire que je sois rapide, n'est-ce pas? Et personne, pour une fois, personne ne m'avait prodigué de bons conseils. Personne ne m'avait avertie. L'évidence est tombée comme un couperet. Elle a explosé dans ma tête comme le Big Bang. Elle a pris sa place dans mon puzzle de chagrins en égratignant ses compagnes autour d'elle. Et en s'installant ainsi, elle a ouvert la porte à certaines réponses qui déshabillaient mon quotidien. Elle leur a permis d'entrer... [Lire la suite]
Posté par acas à 19:21 - Commentaires [15] - Permalien [#]
mardi 4 janvier 2011

déjà demain un autre jour....

Ce soir il y a eu la conscience d'un ciel différent. L'heure n'était plus au bleu et au blanc, mais à la fraîcheur de la nuit. Pourtant les lampadaires éclairaient encore un ciel luisant de clarté. Je n'ai pas compris si ma vision était auréolée de lumière ou si c'était le ciel qui descendait vers moi. Les rues hébergeaient encore les derniers badauds avides de chaleur et de douceur qui hâtaient le pas vers leur chez-eux. J'ai conduit jusqu'à mon garage et le froid de mon chez-moi n'avait rien à voir avec un "Home sweet home".... [Lire la suite]
Posté par acas à 19:53 - Commentaires [3] - Permalien [#]