images

"Pardon Monsieur, pourriez-vous déplacer votre voiture deux secondes. Vous m'avez tout serré" 

Oui, bon , je sais! Cette entrée en matière n'est pas de la plus élégante. Mais j'étais sympa (j'vous jure!) et agréable (promis!) en demandant à ce monsieur d'un âge certain de bien vouloir condescendre à déplacer son tacot, le temps que je monte dans le mien. 

"Mais y a des lignes par terre!" me répond-il sur un ton désagréable. (et j'euphémise....)

J'argumente en lui expliquant que lorsque je suis arrivée c'était la dernière place et que la voiture d'à côté était à cheval sur la ligne, justement, et que j'ai pris le peu de place qu'il restait... et que.... et  que....

"Mais y a des lignes par terre!" grincheuse-t-il. 

Et moi, indignée: "Vous n'allez pas déplacer votre voiture?!?!?"

J'étais déjà en train d'imaginer comment je pourrai monter derrière mon volant, sachant que je n'arriverai à ouvrir mes portières ni à gauche, ni à droite...

Son moteur vrombit alors, scandalisé par l'outrecuidence de ma demande. La voiture gémit de partout, aussi âgée que son conducteur (je n'ai pas dit vieille) et se met à reculer.... manquant de heurter au passage celle d'une autre dame (jeune quant à elle) qui passait par là. L'amène charretière, armée de vocabulaire plus qu'imagé,  commence à vociférer sur les vieux, les mecs qui sont des connards et les grosses qui "peuvent même pas rentrer dans leur voiture, tellement elles sont énormes".

Je rentre ma tête dans mes épaules en même temps que dans ma voiture enfin libérée,et m'en vais après avoir fait un signe de remerciement au gentil monsieur qui a bien voulu avoir l'amabilité (!) de reculer....

J'y ai repensé plus tard, tranquillement, dans mon lit. Quelles souffrances, quelles douleurs ont poussé ces gens à être si agressifs (je n'ai pas dit méchants) . Pourquoi déverser tant d'âpreté et d'insensibilité face à autrui? 

Quelle attitude aurais-je eue, quant à moi?

C'est au moins quelque chose dont je suis certaine...

Bonne journée....