images

J'attends jeudi avec impatience et crainte. J'ai peur qu'il soit là, qu'il n'y soit pas. Je crains d'avoir tort, j'ai peur d'avoir raison. En vrai, je voudrais juste que ça s'arrête... Mes enfants n'auront vu que notre naufrage. 

Quatre ans à lutter, poings serrés et le coeur battant d'espoirs et de craintes. Quatre ans à devoir prouver qui je suis, là tout au fond de mon âme. A prouver que je ne suis pas si noire, pas si sale, pas si laide qu'on veut bien me peindre. 

Comment vais-je grignoter ces heures, ces jours avant jeudi? Comment être vivante à 14 heures et le rester jusqu'au soir sous les crachats et les souillures qui saliront mes joues, car je ne détournerai pas le regard. Affronter tout cela et faire mourir un peu plus ces années vouées à l'échec.

Que mes enfants pardonnent leur mère, qu'ils veuillent bien excuser celle qui a voulu fuir et par là même qui a cherché à avoir raison sans totalement la perdre. Que le Bon Dieu me donne la force, encore. Encore une fois. Et qu'Il continue à veiller sur mes anges....