images

Salut l'ami!

Combien j'ai été stupide d'ignorer ton existence pendant ces presque 50 ans! Au début, j'avais des excuses, mais au fil des années, j'aurais pu ... J'aurais dû... 

A 15 ans, j'ai cru que je savais, mais je me laissais porter par l'existence et mon intransigeance; et je ne pensais pas vraiment à toi. De temps en temps seulement au rythme des lunes. 

A 20 ans, je te connaissais un peu mieux, mais surtout j'avais la crainte du demain, du faux-pas, des dehors arrondis d'une maladresse. A cause de toi. 

A 30 ans, j'ai espéré. Régulièrement, jusqu'au jour où tu as rempli mon existence. Quels jolis cadeaux tu m'as faits alors! Quelles belles amours tu m'as fait vivre! 

A 40 ans, j'ai souffert sous le joug de tes rythmes et de tes débordements. Des mois qui s'enfilaient les uns aux autres sans but et sans raison. 

Et puis là.... La rupture.  Nous devons nous quitter... Le déferlement de ton désaccord nuit à mon existence même. 

Et voilà que mon merci, vibrant et sincère, sera la musique de tes funérailles, pas des miennes.

Mais tu m'as donné les soleils de ma vie....