lundi 16 avril 2012

Mots détournés

Je le sais, sa façon d'être à moi vous fait parfois offense, mais moi je sais ses défaillances. Ses regards ne regardent que moi... Et moi seule sais quand il a froid, quand il a besoin que la vie s'arrête un instant et que le monde soit plus clément autour de lui. Je connais ses doutes et ses incertitudes et je le vois évoluer si joliment à travers mes jours. Pourtant, nos matins ne sont pas simples quand nos nuits se réveillent tordues de nos larmes fleuries de trahison. Mais je savoure la trêve entamée en attendant la crise... [Lire la suite]
Posté par acas à 21:54 - Commentaires [1] - Permalien [#]

mercredi 4 avril 2012

OÙ?????

Dites-moi, mais dites-moi quel est ce goût du pardon qu'on voue aux nues si souvent qui soulage, dit-on, de tant de maux et qui permet, enfin, de trouver le repos. Je croyais le connaître. Je pensais le savoir, humblement, après mes années d'errances et d'intransigeance adolescente couronnées il y a peu par une veille aboutissant à cette renaissance qu'est le Pardon. Je croyais donc en connaître la saveur et ses bienfaits. Puis il me faut maintenant apprendre à pardonner ailleurs: l'humain tout d'abord, si ingrat, médisant et... [Lire la suite]
Posté par acas à 21:12 - Commentaires [3] - Permalien [#]
lundi 2 avril 2012

Ki?

Il m'inonde de ses regards inquisiteurs où se mêlent bonté et demandes. Il se fait câlin quand l'envie le prend, se love dans mes bras pour mieux apprécier mes caresses et ne demande qu'une chose: ne jamais s'arrêter. Il m'accueille d'un air ravi quand je rentre du travail et qu'il est dehors à jouir de la douceur du temps qui passe et il prend un air contrit aux petits matins froids quand je m'en vais....  Je passe volontiers mes mains sur son dos musclé où mes doigts se perdent à l'infini dans sa fourrure douce.... ben oui!... [Lire la suite]
Posté par acas à 21:07 - Commentaires [1] - Permalien [#]
dimanche 1 avril 2012

dix ans...

Quand on doute des sentiments de son conjoint, on cherche à comprendre, on prend une dimension autre que celle du quotidien, on s'achoppe à des détails, on tâche éventuellement de reconquérir cet amour vacillant en s'habillant avec recherche, en séduisant, en tentant de retrouver ces émotions natives des premières heures. Mais quand il s'agit de son enfant qui vacille, comment retrouver cette complicité d'autrefois sans qu'elle ait le goût de la perverse corruption. Il me suffit, quant à moi, de me plonger une seconde dans l'odeur... [Lire la suite]
Posté par acas à 20:42 - Commentaires [1] - Permalien [#]
lundi 19 mars 2012

A un petit soldat

Comme elle avait l'air commune cette voiture à côté de la mienne dans ce parking de grande surface en cette fin d'après-midi. Comme elle avait ordinaire cette petite fille qui jouait sur le siège arrière, et banale cette jeune femme qui sortit soudain et lui tint la portière. Pourtant, un je-ne-sais-quoi me fit regarder vraiment cette petite Maman et découvrir au détour d'un battement de cils quelques larmes qui perlaient sur ses joues. Elle ne s'en cacha pas et passa à côté de moi avec à sa main une petite fille sautillante de vie,... [Lire la suite]
Posté par acas à 20:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]
samedi 17 mars 2012

Fiat!

Vous connaissez sans doute cette pub où l'on voit un ours qui fait des câlins gratuits à la Yago (hello, et bisouilles!) dans les rues d'une grande ville et où l'on découvre à la fin que ce nounours, que chacun a frappé de bienveillance, a en fait un handicap. Sans tirer la couverture à moi, mon handicap, même s'il n'a rien de comparable, voyez-vous ne se voit pas. Il est caché tout au fond et ne s'en aperçoivent que ceux qui me connaissent vraiment.... ou ceux qui me mettent en difficulté.  J'en ai vomi, lundi. Et doublement... [Lire la suite]
Posté par acas à 09:58 - Commentaires [4] - Permalien [#]

mercredi 14 mars 2012

Elles

Je me retourne sur mes coups de gueule et mes rouspétances si vaines et dérisoires, sur mes histoires insignifiantes au goût de chaussures mal rangées et me vient alors ce sentiment éperdu de reconnaissance infinie. Puis, immédiatement après, je pense à elle. A elle, qui finira par plier des vêtements et par les ranger dans des sacs en s'obligeant à cet adieu définitif. Elle portera peut-être certains pulls à son nez pour s'imprégner à jamais de leur odeur. Elle triera et gardera certains objets en souvenir et quand plus personne ne... [Lire la suite]
Posté par acas à 18:31 - Commentaires [4] - Permalien [#]
lundi 20 février 2012

par pitié

Quand sous le visage de la tristesse, on fait penser à l'autre combien est insondable le puits de sa tristesse, quand sous prétexte d'un mot malheureux, on transforme ce qui n'est qu'un lapsus en une erreur fondamentale, quand on fait douter du bien fondé de sa réflexion, ce n'est pas bien beau. Cela appartient pourtant au quotidien de la gent adulte que nous côtoyons tous, vous et moi.  Mais quand l'un des deux est un adulte et l'autre un enfant, Dieu que c'est laid, bas, torridement mesquin.  Et comment agir alors pour... [Lire la suite]
Posté par acas à 21:59 - Commentaires [4] - Permalien [#]
lundi 20 février 2012

au fond... il y a les réponses aveugles

Au fil des jours, le soleil me semble un peu moins brillant et malgré mes éclats de rires, je me demande si mes forces ne s'épuisent pas: au moment où je devrais me sentir comme une force de la nature, j'ai le sentiment d'être un géant de papier. Les va et vient de mon humeur sont si bien cachés que je reçois les plus jolis compliments sur ma joie matinale les jours où mon coeur est le plus froissé.  Je doute tellement de ce que je fais au quotidien avec ces enfants dont les heures sont chaque jour liées aux miennes! Tous... [Lire la suite]
Posté par acas à 19:26 - Commentaires [2] - Permalien [#]
vendredi 17 février 2012

Who's right?

Il me semble encore sentir l'odeur des néocolors et celle du lino de l'entrée. Celle aussi, un peu âcre de la salle de gymn et le rugueux du sol vert. Seules les odeurs flottent en douceur dans ma mémoire. Elles se sont tapies tout au fond et ressortent de temps en temps au début de l'année scolaire. Les autres images que j'ai d'alors ont la couleur de ses brimades et de sa longue main de femme aux doigts serrés sur mon bras de fillette. De sa voix puissante quand elle criait sur moi. Mes joues brûlent encore du froid de l'hiver... [Lire la suite]
Posté par acas à 20:41 - Commentaires [1] - Permalien [#]