lundi 1 août 2011

DU CALME! Que diable.....

Caresser la nuit de mes yeux ouverts et visiter son infini jusqu'à une lointaine aube laiteuse passe désormais de l'anecdote à l'habitude. Mes pupilles brûlent du manque de sommeil et restent éperdument ouvertes sur l'avenir. Mes nuits sont noires de craintes et blanches de sommeil; l'harmonie se perd dans un rythme effréné qui m'essouffle. Je n'ose plus attendre car les coups bas s'accumulent mais je n'ose plus agir parce que je me trompe. Je me sens marionnette aux mille fils. Quelqu'un tire sans bien y réfléchir sur ces ficelles... [Lire la suite]
Posté par acas à 01:56 - Commentaires [1] - Permalien [#]

dimanche 31 juillet 2011

L'hirondelle

L'hirondelle   Je sais qu'il y a certains soirs Où l'on a un gros coup d'cafard Et puis certains autres matins Où on aimerait mieux être à demain   Je connais ces jours maudits Quand le ciel n'est même plus gris Et où une simple hirondelle Ramène les souvenirs à la pelle   Alors, je voulais juste te dire Que ni la peine ni le temps N'effaceront, j'en fais serment Ta gentillesse et ton sourire   C'est pas Molière, c'est pas Hugo Qui ce jour te dédient ces mots,  Ce n'est que moi, qui ce soir... [Lire la suite]
Posté par acas à 14:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 31 juillet 2011

Tchô l'hirondelle.

Lorsque je levais mes yeux d'enfant sur son regard d'acier, j'ignorais que son âme vacillait. Quand ses mots se couchaient maladroitement sur les cartes de Noël, c'est tout son coeur qu'il y mettait. Ses colères se faisaient parfois orage et toutes ses peurs tonnaient alors dans les éclairs. Il a passé toute sa vie à cacher qui il était au fond, à se planquer derrière sa grosse voix et son regard terrible. Ses ordres, son volontarisme parfois outrancier, sa façon de diriger ses hommes ont dissimulé son humanité et sa... [Lire la suite]
Posté par acas à 00:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 30 juillet 2011

crescere

J'ai regardé alentours. Le ciel rougeoyait du soleil qui meurt et quelques nuages parsemaient ici et là leur vie éphémère. J'ai posé mon sac sur le sol humide et un caillou a été le refuge de ma fatigue. J'ai regardé mes jambes allongées, croisées devant moi, le jeans gris plein de poussière, les baskets sales et quelques brins d'herbes encore collés aux semelles. J'ai eu alors l'idée stupide des kilomètres parcourus par ces jambes, des pas qu'elles ont faits, réels et virtuels, des heures où recroquevillées entre mes bras, elles ont... [Lire la suite]
Posté par acas à 11:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 29 juillet 2011

J'ai tant de rêves...

J'ai déjà dit que j'aimerais de temps en temps avoir quelques pouvoirs ésotériques quand je vois certains chagrins. Sauf que pour une fois, le désir me prend de savoir revenir en arrière dans mes souvenirs: marcher sur les traces d'autrefois, sachant pertinemment que c'est la dernière, savourant ce goût d'ultimité comme si le passé faisait l'amour avec le présent. Je donnerais tant pour humer à nouveau certains parfums, des odeurs de mon enfance, de celles que je retrouve parfois, fugaces, au détour d'un hasard. Je donnerais des... [Lire la suite]
Posté par acas à 22:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 26 juillet 2011

L'espoir d'encore une fois.

Je suis juste Rhâââââ.... ça vous parle? Incapable.... d'écrire, d'agir. Je vis comme en stand by, toute tendue vers "une chose après l'autre" et demain. Je suis involontaire, avolontaire, dévolontairisée et pourtant, je ne fais qu'avancer. Le fleuret à la main, prête à sortir ma dernière botte, inconnue de l'assaillant. Je lutte, mais il y a tant à combattre. Je jette, mais il y a tant à jeter. Je cherche mais ce que je découvre me laisse .... sans volonté.  Les serpents qui sifflent sur ma tête sont ceux qui enlaçaient mes... [Lire la suite]
Posté par acas à 23:59 - Commentaires [1] - Permalien [#]

dimanche 24 juillet 2011

l'autre histoire de la petite graine

Ma vie ne me ressemble pas.... ou plutôt elle ne me ressemblait pas.... Et voilà que les choses s'ouvrent. Moi qui n'ai jamais, JAMAIS jeté un habit, j'ai viré deux sacs poubelles de vêtements à donner, j'ai acheté des fringues qui me ressemblent et en couleur, j'ai rouspété à un "lapin" à très longues oreilles, j'ai posé des limites, j'ai enfin osé prendre des dispositions, je pose mon véto (et pas celui des octodons, dont!) quand je ne suis pas d'accord, je rouscaille quand ça ne va pas. JE VIS. Bon, c'est pas encore tout à fait ça,... [Lire la suite]
Posté par acas à 09:39 - Commentaires [3] - Permalien [#]
samedi 23 juillet 2011

the end

Et soudain la page du livre se termine par un point. On recommence la ligne suivante sur un autre feuillet, avec une majuscule, et on ne décèle pas la souffrance dans le sillon central. On passe d'un côté à l'autre en faisant fi des mots, des motifs, du moral et de la morale. Quand le livre se refermera, ce ne seront que quelques jolies lignes qu'on pourra relire quand bon semblera.  Mais quelles traces ces jolies lignes vont-elles laisser dans nos vies respectives? Quels seront les sentiments qui les enroberont? Quel sera son... [Lire la suite]
Posté par acas à 22:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 20 juillet 2011

yesterday

Une heure du matin. La nuit sera courte, je le pressentais bien avant. Mille mots s'affrontent au bout de mes doigts sans vraiment contenter mes yeux et j'efface impitoyablement les lignes les unes après les autres. J'attends l'étincelle qui brûlera ma veille et permettra à ma journée de trouver sa fin. Impossible de cerner l'émotion qui tue ma raison et me tient clouée dans mon canapé.  Puis soudain quelques mots jouent à cache-cache autour du clavier, portés par les images de ma journée. Il suffit que je les appelle pour... [Lire la suite]
Posté par acas à 01:34 - Commentaires [4] - Permalien [#]
lundi 18 juillet 2011

paf!

Il faut. Il faudrait. Je dois, je devrais, j'aurais tellement dû.... Vivre avec ces manques et ne pas se retourner. Ou se retourner et ne pas réparer. Ou se retourner et réparer, quand c'est encore possible. Il reste encore la possibilité de ne pas faire d'erreurs. Ne pas passer à côté, ni des gens ni des choses. Et VIVRE. Sans stand by, les bras grands ouverts. Tant de gens restent fermés, obtus, claquemurés dans leurs certitudes, dans leurs aveuglements. Ils ne voient pas le soleil que leurs nuages ont ombré de gris et que leur... [Lire la suite]
Posté par acas à 20:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]