Tombe la lune

samedi 1 novembre 2014

Mais qu'y a-t-il dans ce carton?

IMG_2144

IMG_2145

IMG_2146

IMG_2147

Posté par acas à 12:39 - Commentaires [2] - Permalien [#]


IMG_2144

Posté par acas à 12:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 23 octobre 2014

COUCOU!!!!!

Capture d’écran 2014-10-23 à 22

Hello à tous!

Quel silence n'est-ce pas? C'est à cause (en partie) de cela.... Une vraie aventure. Et puis une rentrée scolaire. Avec un CDI. Et un amoureux. Et de chouettes enfants. Et une histoire qui continue avec un divorce qui prendra 100 ans, mais qui me donnera 100 fois plus de forces.

Merci de votre fidélité. Je vais reviendre. Promis. N'entendez-vous pas les pas qui crissent dans les feuilles mortes? 

 

Posté par acas à 22:25 - Commentaires [8] - Permalien [#]

lundi 12 mai 2014

Inexorablement

 

 

Unknown-1

Les nouvelles s'attendent et n'arrivent pas. Alors, je vous en livre une partie, ensoleillée et brumeuse.

D'abord "tombe la lune" ou tout au moins une partie sera édité d'ici les vacances d'été. Fruit d'un gros travail accompagné, entre autres, par mon Zorro personnel et par d'autres, épars et bienveillants, ici et là, il devient l'exutoire papier après celui virtuel.

Puis, la vie m'a fait un joli cadeau: un pas qui m'accompagne et qui se rythme au mien, un regard qui adoucit et une main qui frôle mon épaule. Un sourire qui plisse les yeux et remplit le coeur de perles de rosée. Juste au tournant de mes rancoeurs envolées se cachait une autre route à suivre. Si quelques cailloux me font encore trébucher, je garde cette confiance infiniment douce qui chauffait déjà mon dedans quand hier, mon dehors chancelait.

Les virages se succèdent puisque l'enseignement n'est plus pour moi. Si j'accepte ce changement de cap, je ne peux m'empêcher de manquer déjà de ceux avec qui les heures se sont écoulées au quotidien pendant 3 ans. Je respire l'odeur des classes, j'écoute les cris des enfants, les sonneries des récrés et le goût même du café, infâme, de la salle des maîtres se grave au fond de mon coeur pour en garder un souvenir plein de tendresse au-delà des années à venir. J'irai ailleurs. J'irai. 

Je ne comprends pas tout.... J'avance sans voir bien loin devant moi, mais j'avance. 

Et toujours, encore, j'espère la force de continuer. Inexorablement.

 

 

 

Posté par acas à 20:14 - Commentaires [7] - Permalien [#]

lundi 31 mars 2014

Je n'écris plus. Enfin plus ici. Pour le moment. Je risque de vous montrer une bombinette d'ici pas trop longtemps.... en attendant, je ne dors presque plus et je bosse comme une dingue. Je vous embrasse. Fort.

Posté par acas à 19:08 - Commentaires [7] - Permalien [#]


mardi 18 mars 2014

Le téléphone pleure .... de rire

Unknown

- Oui, bonjour! Madame de Sousa? 

- Bonjour! Non, désolée. 

- Vous n'êtes pas Madame de Sousa?

- Non, je suis Madame Acas. 

- Vous n'êtes pas Madame de Sousa !?!?!?!? Mais elle est là? Vous pouvez me la passer?

- Non. Parce qu'à ce numéro il n'y en a pas. (ces mots signèrent ma perte...)

- Ben si! 

- Ben non!  (à 2 doigts de raccrocher, mais captivée par le burlesque de la situation. )

- Puisque vous répondez, y a un numéro! 

- Haaaaa! Siiiii! Mais il n'y a pas de Madame de Sousa.

- J'ai fait le 07pouet, 6 cent pouet pouet, pouet pouet, pouet pouet.

- Oui, mais non! Au revoir! 

- Attendez! Elle m'a donné ce numéro...

- Ben quelqu'un s'est trompé.... Au revoir.  

et je raccroche. Une minute plus tard, drelin drelin.

- Bonjour! Madame de Sousa? 

- Rebonjour! Non, toujours pas..... désolée. 

et la réponse fut magique à mes yeux:

- Mais vous faites exprès ou bien! 

Suisse authentique, de la Broye, à vue d'accent. 

Je n'ai plus eu de nouvelles.....

 

Posté par acas à 22:00 - Commentaires [5] - Permalien [#]

vendredi 14 mars 2014

Attendre

 

images-2

J'ai marché comme un automate vers cette porte que j'allais passer plus tard dans l'autre sens, amputée d'un morceau de vie. J'ai marché la peur au ventre, si peu persuadée d'avoir eu raison. Je ne pensais qu'à mes lutins, écartelés, et dont l'avenir dépendrait du goût des heures que j'allais vivre de l'autre côté. Comment  quelques mètres seulement peuvent se remplir d'idées qui caracolent à tout va? 

Ils m'ont regardée, cherchant déjà à connaître en quelques secondes le fond de mon âme. Ils ont décortiqué ma vie des heures durant, répertorié mes joies et mes peines, épeluché mon passé, compilé mes erreurs et mes manques. Leurs questions étaient lourdes d'enjeu et mes réponses remplies de ces années d'attente. La tête me tournait de mots et de ressentis épars. Je subissais l'injustice. Encore. 

Puis, très vite, les témoins sont passés et leurs mots ont apaisé mes craintes et redonné de l'eau à ma bouche. Ils ont parlé de ma morale et de mes courages, de mes enfants et de lui.

Lui n'a rien dit. Il ne pouvait pas. Il n'était pas là. J'ai ressenti son absence  comme une blessure supplémentaire, comme la certitude que jamais ma valeur de femme, de mère et d'épouse n'avait eu grâce à ses yeux. J'ai eu mal, éperduement, mais définitivement. 

Il ne reste plus qu'à attendre. Evidemment. Mais le pire est fait. Je suis habituée à attendre..... 

 

 

Posté par acas à 18:09 - Commentaires [5] - Permalien [#]

dimanche 9 mars 2014

patience et longueur de temps...

images

J'attends jeudi avec impatience et crainte. J'ai peur qu'il soit là, qu'il n'y soit pas. Je crains d'avoir tort, j'ai peur d'avoir raison. En vrai, je voudrais juste que ça s'arrête... Mes enfants n'auront vu que notre naufrage. 

Quatre ans à lutter, poings serrés et le coeur battant d'espoirs et de craintes. Quatre ans à devoir prouver qui je suis, là tout au fond de mon âme. A prouver que je ne suis pas si noire, pas si sale, pas si laide qu'on veut bien me peindre. 

Comment vais-je grignoter ces heures, ces jours avant jeudi? Comment être vivante à 14 heures et le rester jusqu'au soir sous les crachats et les souillures qui saliront mes joues, car je ne détournerai pas le regard. Affronter tout cela et faire mourir un peu plus ces années vouées à l'échec.

Que mes enfants pardonnent leur mère, qu'ils veuillent bien excuser celle qui a voulu fuir et par là même qui a cherché à avoir raison sans totalement la perdre. Que le Bon Dieu me donne la force, encore. Encore une fois. Et qu'Il continue à veiller sur mes anges....

 

Posté par acas à 21:59 - Commentaires [5] - Permalien [#]

la petite voix.

61028044

Quand j'étais mouflette, je devais passablement faire de bêtises pour que Maman me dise:

"Quand tu vas faire quelque chose dont tu n'as pas l'habitude, écoute ta petite voix... Elle te dira si ce que tu vas faire est bien ou pas."

Sauf que moi, j'avais un handicap prononcé: la menuvocemopathie: j'étais sourde de la petite voix. Je n'entendais jamais rien et je croyais que c'était une invention des grands pour que les petits soient sages.... ou pas.

Puis au fil du temps, la voix a crié plus fort, ou peut-être suis-je devenue moins sourde.... En attendant, l'autre jour, elle a hurlé si fort, que je l'ai écrit ce satané mail.... Et bien écrit. A 6 heures du mat', les mots hurlaient dans ma tête. Et la libération fut immédiate et salvatrice. J'ai osé. J'ai réussi. J'ai grandi encore à 44 balais, pardon, ballets, c'est plus joli. 

Ben ça, on peut pas dire, j'apprends d'expérience. Parce que je souligne  que ce n'est pas évident pour tout le monde. Il suffit de voir ceux que tu ne croises plus pendant longtemps et qui te ressortent les mêmes chansons qu'il y a 10 ans...

En passant, et sans lien avec ce qui précède,  Rubynessa, merci de ton mot. Je suis là, en dilettante, mais là. La vie est un peu plus lourde ces temps-ci, mais je travaille fort pour demain. 

Je vous embrasse remplie de la joie du printemps. 

 

 

Posté par acas à 12:34 - Commentaires [2] - Permalien [#]

mercredi 26 février 2014

Caféééééééééé

 

images-2

Ce  matin 7:01: 

Maaaaaaammmmmmmmmmmaaaaaaaaaaaannnnnnn! Y neige!

Un pyjama rose avec une petite fille dedans déboule comme un bolide dans mon univers  de calme pré-grasse-mat'.

Ben c'est qu'on est un peu encore en hiver.....  .

Je réponds à la petite fille pyjamatée depuis sous le coin gauche avant de mon duvet douillet et chaud de ma nuit. J'ai mal au crâne. Sensation exacerbée quand je vois l'heure au réveil:7:03.

Maaaaaaaaammmmmmmmmaaaaaaaaannnnnn! Ch'peux aller dehors, dis ch'peux aller dehorrrrrrrs? Dis, M'man, ch'peux?

Heu.....

Mais heu!!!!! Y neige!!!!!Ch'peux aller dehors, dis!!!!!

Deux secondes, je me réveille.

Je tente d'émerger et ne pense qu'au café salvateur... qui lui se marre et se dit que je ne l'aurai pas de  sitôt. 7:04

Elle est où ta combi?

Sais pas.... Je l'ai enlevée quand on est allés au bob.

Donc elle sèche. Enfin... elle est sèche....  Et c'est parti pour 5 minutes d'arnachements divers et d'hiver sans être caféinée. Les 3 milimètres de neige attendent ma fille. Les deux se retrouvent ravies et je pense plus fort à mon café. Je sors la tasse, allume la machine et attends pensive devant le clignotant vert qui doit devenir rouge. 7:10

Maaaaaammmmmmmmmmmaaaaaaaaaannnnnn! J'dois faire pipi!!!!!!!

Ceux qui connaissent la joie des combis et celle tout aussi gracieuse des enfants, savent exactement le sentiment qui m'étreint à cet instant précis. Bottes, gants, combi se retrouvent pêle-mêle dans l'entrée et ma puce se précipite aux toilettes. Je tire mon café. (on progresse). Tasse à la main, je me dirige vers le canapé où la télé s'allume au moment où je m'assieds. Ma fille est derrière moi et s'installe dans le canapé.

Il est 7:14. 

Mais tu vas plus dehors?

Non. Y neige plus.

Mais....... Heu!!!!!!!!

et c'est mon café qui se marre... à 7:15....

 

Posté par acas à 08:55 - Commentaires [8] - Permalien [#]